Le carnaval

Le carnaval prend de la hauteur à l’école Sainte-Anne ! Un vrai gille de Binche chez nous…

Un peu de culture

Le carnaval de Binche est un des plus anciens carnavals de Belgique. Il a été reconnu en 2003, par l’UNESCO comme chef-d’œuvre du patrimoine oral et immatériel de l’humanité. Il est repris parmi les chefs-d’œuvre du Patrimoine oral et immatériel de la Fédération Wallonie-Bruxelles depuis 2004 et a été élevé au rang d’officier du Mérite wallon, le 23 février 2017.
Les festivités se déroulent en deux parties : le carnaval proprement dit et l’avant-carnaval, temps des « soumonces ». Le carnaval commence 49 jours avant Pâques et les soumonces six semaines avant les trois « jours gras ».
Le carnaval « de type binchois » se célèbre dans toute la Région du Centre, mais c’est à Binche qu’il demeure le plus codifié et le plus traditionnel. Les personnages principaux en sont les Gilles, qui dansent au son des 26 airs traditionnels du carnaval, sons qui sont joués par une batterie (sorte de petite fanfare) composée de cuivres, de tambours (en général, on compte six tamboureurs par batterie) et d’une grosse caisse (parfois deux dans d’autres villes).
Contrairement à leurs homologues des villages environnants, les Gilles binchois ne sortent que le Mardi-Gras et doivent respecter certaines coutumes (ne pas se déplacer sans l’accompagnement d’au minimum un joueur de tambour, ne pas s’asseoir en public, ne jamais être soûls, être obligatoirement Binchois d’origine, d’autres contraintes existent).
Les autres personnages, qui forment les sociétés dites « de fantaisie », sont l’Arlequin (enfants de l’Athénée royal de Binche), le Paysan (enfants du Collège Notre-Dame de Bon secours), le Pierrot (enfants du Petit Collège anciennement ‘Ecole des Frères’) et le Marin, société recréée pour le carnaval 2018. D’autres sociétés de fantaisie ont participé aux cortèges du Mardi-Gras d’antan et ont disparu ( Princes d’Orient, Mousquetaires, etc).
Les premières traces écrites du carnaval remontent à 1394, les festivités correspondant alors au début du carême. Le port du masque est interdit sous le régime napoléonien, aussi voit-on apparaître pour la première fois dans les textes le Gille en 1795, personnage masqué se révoltant.

Les chiffres ? On les aime bien.

  • Nombre de participants costumés le Mardi Gras : + ou- 1 000.
  • Nombre de médailles pour les jubilaires : +/-50 médailles chaque année.
  • Nombre de sociétés : 14 (10 de Gilles, les Arlequins, les Paysans, les Pierrots et les Marins).
  • Poids du chapeau : +/- 3 kg.
  • Location du costume par le Gille au louageur : +/- 100 euros.
  • Location du chapeau et du costume par le Gille au louageur : entre 250 et 300 euros.
  • Coût de la fabrication d’un costume : +/- 600 euros.
  • Coût de la fabrication d’un chapeau : +/- 3 000 euros
  • Plumes nécessaires pour un chapeau :
    • en moyenne entre 250 et 350 petites plumes
    • pour former 12 grandes plumes, +/- 80 heures de travail.
  • Nombre de cloches sur l’apertintaille : 7 en moyenne.
  • Motifs sur le costume du Gille : +/- 150 (couronnes, lions, étoiles, écussons, drapeaux).
  • Ruban pour les pèlerines, manche et pantalon : 150 mètres de ruban à plisser.
  • Franges dorées sur la pèlerine : 540.
  • Oranges lancées par un Gille : entre 25 et 40 kg.
Le carnaval